Lettres d’un innocent
4,99 $

Lettres d’un innocent

ALFRED DREYFUS


Lettres d’un innocent

ALFRED DREYFUS

4,99 $ 4,99 $
Régulier: 4,99 $
Rabais: 0,00 $ (0%)
Livre numérique non disponible
Résumé
En mars 1896, le lieutenant-colonel Georges Picquart, devenu chef du service de renseignements (section de statistique) en juillet 1895, intercepte un document, le « petit bleu », qui ne laisse aucun doute sur les accointances de son auteur, le commandant Esterhazy, avec l'ambassade d'Allemagne. Il découvre par ailleurs que le dossier secret comportant des pièces couvertes par le secret militaire, communiqué au Conseil de guerre pendant le délibéré, à l'insu de la défense, est vide de preuves. L'affaire Dreyfus naît à ce moment-là, à la suite de l'acquittement du véritable traître, Ferdinand Walsin Esterhazy, au moment où Émile Zola publie « J'accuse...! » dans l'Aurore du 13 janvier 1898, une lettre adressée au président Félix Faure où il affirme que Dreyfus est innocent. L'État engage alors un très médiatisé procès en diffamation à rebondissements, au terme duquel Émile Zola est condamné au maximum de la peine. L'Affaire éclate alors au grand jour et divise les grands courants politiques de l'époque en clans dreyfusards et antidreyfusards. Son cas, à nouveau évoqué à la Chambre des députés, provoque un scandale dans le cadre de crises ministérielles. Les « preuves » produites par le ministre de la Guerre devant la Chambre se révèlent être des faux commis par les militaires. L'auteur de ces fausses pièces, le colonel Henry, est emprisonné en 1898, et se suicide au lendemain même de sa mise en détention. Après l'arrêt de la Cour de cassation qui annule le premier jugement, Alfred Dreyfus est rapatrié pour être jugé par un second conseil de guerre, à Rennes, le 7 août 1899. À nouveau reconnu coupable de trahison, il reçoit étrangement le bénéfice de circonstances atténuantes et il est condamné à dix ans d'emprisonnement. Dix jours plus tard, Alfred Dreyfus bénéficie d'une grâce présidentielle. Le 12 juillet 1906, la Cour de cassation cassera finalement le jugement de Rennes sans renvoi. Alfred Dreyfus, après sept ans d'un combat pour obtenir sa réhabilitation et ce malgré les difficultés que lui font quelques-uns de ses anciens partisans, est déclaré innocent, la Cour de cassation ayant cassé sans renvoi le jugement de Rennes. Il est alors réintégré dans l'armée avec le grade de chef d'escadron et est nommé chevalier de la Légion d'honneur, le 20 juillet 1906. Toutefois, son ancienneté mal calculée ne lui donne pas le rang qu'il aurait dû avoir et l'oblige à demander sa retraite en 1907, sans que ses anciens partisans, Georges Clemenceau alors président du Conseil, et Georges Picquart, ministre de la Guerre, acceptent d'intervenir pour réparer une erreur qui était une nouvelle injustice. En 1908, il est victime d'un attentat par balles et blessé lors des cérémonies de transfert au Panthéon des cendres d'Émile Zola, son défenseur. L'auteur de l'attentat, Louis Grégori, sera acquitté. |Source Wikipédia|
Détails
Titre
Lettres d’un innocent
Prix
4,99 $
Sujet
Format Poche
Non
Langue
Français/French
Date de publication
2017-11-02
ISBN
PR1445908
Code Interne
2371134
Numéro de produit
2371134
Format numérique
epub
Disponibilité
AD AR AT BE BG BR CH CL CO CY CZ DE EC ES EE FI FR GP GR GF HU IE IT LT LU LV MC MX MT MQ YT NL PE PL PT RE RO SK SI UY VE CR DO GT HN NI CA US LI
Protection
Adobe DRM
Entrepôt Numérique
DEMARQUE
Taille du fichier
0.19 Moctets

Notre conseil

Avant de vous déplacer, nous vous recommandons de téléphoner au magasin pour vérifier le stock.

Ville: (Changer).

exemplaire(s)
Ce produit est actuellement non disponible en magasin.
Nous n'avons pas pu trouver une succursale pour le code postal donné. Veuillez en essayer un autre.